Guadeloupe

Réorganisation du CHU de la Guadeloupe

Actualité
Date de publication
Visuel
CHU de la Guadeloupe_image
Dans un souci de transparence, et suite à la diffusion des conclusions des rapports d’expertise, la Directrice
Générale de l’ARS tient à porter à votre connaissance les éléments suivants :
Corps de texte

RAPPORT DE L’EXPERT DU CENTRE ANTI POISON DE NANCY

1. Il n’y a pas de monoxyde de carbone dans l’air au CHU.

2. Les répercussions à long terme sur la santé seront évaluées par des explorations complémentaires pour les suies et les moisissures.

3. L’identification des toxines émises par les champignons se poursuit avec l’aide du Centre Scientifique et Technique du Bâtiment.

4. Un suivi des personnes initialement exposées ou ayant présenté des symptômes est organisé par la médecine du travail du CHU.

5. L’ensemble des troubles observés sur la santé évoluent favorablement ; le risque à long terme pour la santé est vraisemblablement faible à très faible.

6. Il faut éviter la mobilisation des suies en assurant un confinement très sécurisé des zones sinistrées, en ne remettant pas en fonction les systèmes de ventilation initiaux.

7. L’expert préconise de ne pas nettoyer les conduits de ventilation, de condamner ce système de ventilation et de réaliser un nouveau système de ventilation extérieur. Le nettoyage des puits d’ascenseurs devra être sécurisé pour éviter les circulations de suie et de particules. Le nettoyage des zones contaminées par les moisissures en Tour Nord, devra se faire dans des locaux inoccupés.

8. La garantie de l’étanchéité du confinement des zones à nettoyer notamment des puits d’ascenseurs permettra le maintien de l’activité dans le reste de la Tour Sud.

Ces constats confortent les choix de la phase 1 du plan présenté le 29 mars par la DG de l’ARS, c’est à dire vider la tour Nord pour la nettoyer entièrement, la réhabiliter avant réoccupation, et évaluer sereinement les avantages, les inconvénients et la faisabilité des scénarii présentés

 

RAPPORT DU CEREMA :

Dans son rapport sont émises des préconisations individualisées par zone, résumées comme suit :

1- Assurer le confinement de la zone sinistrée avant toute opération de nettoyage et garantir son étanchéité pendant toute la durée de ces opérations.

2- Condamner ou obturer tous les départs de gaines avant toute opération de nettoyage.

3- Contrôler toutes les entrées et les sorties de la zone sinistrée (étage technique).

4- La réoccupation des locaux des urgences adultes n’est pas envisageable avant nettoyage et dépollution complète de l’étage technique ; il en est de même pour les blocs situés à l’étage supérieur.

5- Le CEREMA confirme la possibilité de nettoyage en site occupé de la Tour Sud sous réserve d’un confinement complet des zones en cours de nettoyage.

6- Pour confirmer l’efficacité du nettoyage déjà effectué au laboratoire, une recherche des agents biologiques est recommandée.

7- Pour la Tour Nord, le schéma de réhabilitation tel que décrit (mesure des moisissures sur les surfaces et dans l’air, isolement complet du réseau d’eau glacée, des communications et de la ventilation de la tour Nord par rapport aux autres bâtiments, vidange du réseau d’eau glacée de la tour Nord, décontamination et dépollution des locaux, installation de systèmes permettant un renouvellement d’air neuf et climatisé, mesures de moisissures avant réintégration) est en tout point concordant avec les opérations de relocalisation des services (patients et personnels) actuellement en cours.

8- Pour la tour Sud, le CEREMA précise les modalités de ventilation adéquate en site occupé ; actuellement ces préconisations sont appliquées (sur ventilation avec climatisation mobile et ventilation naturelle)

Ces constats confortent les choix de la phase 1 du plan présenté le 29 mars par Madame Valérie DENUX, c’est à dire vider la tour Nord pour la nettoyer entièrement, la réhabiliter avant réoccupation, et évaluer sereinement les avantages, les inconvénients et la faisabilité des scénari présentés.

La présentation des orientations de la phase 2, en cours d’évaluation cette semaine par la Directrice Générale de l’ARS et les autorités nationales à Paris interviendra comme prévu à la fin de la semaine prochaine.

Les activités qui se déroulent actuellement se font sans risques pour la santé des patients, des personnels et des usagers. C’est ce que démontrent tous les résultats d’analyses jusqu’à ce jour.

 

Des questions à poser?

Envoyez nous un mail à cette adresse