Echouements de sargasses à proximité des zones habitées

Actualité

De nombreux échouements de sargasses sont présents sur les côtes au vent.

En se dégradant ces fortes accumulations d’algues engendrent une production de sulfure d’hydrogène (H2S) quand elles ne sont pas ramassées. Ce gaz peut avoir des effets nocifs sur la santé. L'ARS émet plusieurs recommandations.

📊 Le système de mesures de l’association de surveillance de la qualité de l’air Gwad’air ne couvre plus la totalité des zones d’échouements répertoriées. L’ARS réalise des relevés ponctuels sur ces zones non couvertes.
Actuellement le seuil d’information qui correspond à une concentration en H2S comprise entre 0,07 ppm et 1 ppm, est atteint sur de nombreux secteurs (Goyave / Sarcelle, Petit-Bourg / Pointe à Bacchus, Saine-Anne/Castain, Marie Galante/ Capesterre). La situation peut évoluer et toucher d’autres communes dans les jours à venir.

Le seuil de pré-alerte (concentration comprise entre 1 et 5 ppm d’H2S) vient d’être franchi à la Désirade.

L’ARS recommande dans tous les cas aux personnes vulnérables* de se tenir éloignées des zones de présence des algues en décomposition dès la perception des odeurs, d’éviter d’être sous le vent des émissions de gaz, de ne pas se rapprocher des chantiers d’enlèvement des algues, et de signaler à son médecin ou son pharmacien des troubles de santé en relation avec la présence de gaz (yeux ou gorge qui piquent, larmoiements, maux de tête, difficulté respiratoire, toux, démangeaisons, vomissements, vertiges...).

🌐 Vous pouvez suivre l’évolution des concentrations en H2S (sulfure d’hydrogène) et NH3 (ammoniac) sur le site de Gwad’air (www.gwadair.fr) et sur le site de l’ARS.

☎️ L’ARS rappelle le N° de sa plateforme de vigilance ouverte 24h/24h : 05 90 410 200.

* Sont définies comme vulnérables les personnes suivantes : nourrissons, jeunes enfants, femmes enceintes, personnes âgées, asthmatiques, personnes atteintes de maladies cardiovasculaires, d’insuffisance respiratoire ou de fortes allergies.